Présentation‎ > ‎

Contexte

La philanthropie se développe fortement et s’internationalise, son rôle dans la réponse aux grands enjeux de notre temps s’amplifie et les outils à la disposition des philanthropes n'ont jamais été aussi diversifiés. Son positionnement très particulier - ni secteur public, ni secteur privé lucratif - et sa capacité à innover du fait de la grande liberté qui la caractérise permettent à la philanthropie d'expérimenter dans tous les domaines de l’intérêt général : lutte contre la pauvreté, éducation, santé, recherche scientifique, environnement, arts et culture... Dans de nombreux pays, un cadre juridique et fiscal incitatif a été aménagé pour encourager les dons privés. Si la critique de la philanthropie n'a pas disparu, un consensus semble s'être imposer pour en reconnaître les bienfaits ou du moins l'utilité.

Néanmoins, la philanthropie reste mal connue, notamment en France et en Europe, et de nombreuses questions sont encore en suspens. Quels éléments de contexte (lois, culture, histoire, religion, conjoncture...) influencent les pratiques philanthropiques ? Quels sont les différents types de philanthropes ? Qu’est-ce qui les motive ? Comment gérer une initiative philanthropique ? Quelles sont les différentes approches d’intervention philanthropique ? Quel est leur impact et comment évaluer celui-ci ? Quelles sont les relations entre la philanthropie et les gouvernements, les ONG, les entreprises ? 

La recherche académique de qualité sur la philanthropie est encore rare et essentiellement réalisée aux Etats-Unis, sur des données américaines. Elle dialogue encore assez peu avec les praticiens. Du côté des acteurs de la philanthropie, des besoins forts en matière de professionnalisation, de management, de stratégie et d’efficacité sont exprimés, afin d'amplifier le potentiel positif de la philanthropie. 

Forte de ce constat, l’ESSEC a créé en janvier 2011 une chaire de recherche dédiée à ces questions.

Pourquoi l'ESSEC ?

L’ESSEC a toujours été attentive tant dans son recrutement que dans ses enseignements ou sa recherche aux valeurs éthiques sans lesquelles il ne peut y avoir de développement économique durable. Il y a déjà 10 ans, l’école mettait en place une chaire d’enseignement sur l’entrepreneuriat social afin de permettre aux étudiants qui le souhaitent d’entreprendre autrement. En février 2010, cette démarche a été complétée de manière majeure par la création de l’Institut pour l’Innovation et l’Entrepreneuriat Social (IIES) de l’ESSEC qui rassemble, aux côtés de la Chaire Entrepreneuriat social, un incubateur social et un fonds d’amorçage philanthropique (Antropia), des travaux de recherche action sur les stratégies de développement «Base of the Pyramid» et le programme d’égalité des chance «Une grande école : pourquoi pas moi ?». Cette démarche aurait été incomplète sans un investissement majeur, en termes de recherche, sur la philanthropie.

La Fondation ESSEC

La philanthropie à l'ESSEC s'incarne aussi par le biais de la Fondation ESSEC, créée le 14 avril 2011 sous l’impulsion de quatre Alumni et placée sous l'égide de la Fondation de France. 

Son objectif est de contribuer au développement et au rayonnement national et international de l’ESSEC. Au 31 décembre 2014, après 4 ans d’existence, l’ensemble des dons en faveur de la Fondation ESSEC se montent à près de 4,4 millions d’euros, dont 1,1 million en faveur des bourses sociales et d’excellence et 1 million en faveur du fonds capitalisé.