Dissémination‎ > ‎Lunch & Learn‎ > ‎

Lunch & Learn n°19

Jeudi 19 février 2015

Peut-on critiquer la philanthropie ? 

La notion de « philanthropie » est polysémique et peut prêter à confusion. Dans son acception la plus générale, elle désigne l’amour de l’humanité et la volonté de faire progresser les conditions matérielles et morales des hommes. Est philanthrope celui qui soutient (financièrement) toute initiative en vue d’améliorer le sort de ses semblables. Moralement irréprochable, cette définition aussi répandue que consensuelle masque des enjeux de pouvoir et le contexte historique et social dans lequel la philanthropie s’est développée. En effet, la philanthropie désigne aussi un mouvement d’une certaine élite économique et culturelle qui veut résoudre elle-même les problèmes sociaux de son époque, palliant les diverses défaillances de l’Etat en la matière. Cette acception plus spécifique a fait l’objet de vives critiques, notamment dans des travaux sociologiques contemporains, qui accusent la philanthropie d’être ploutocratique par nature et de servir d’outil de légitimation du capitalisme financier. Au-delà des clivages idéologiques stériles, quelles critiques constructives de la philanthropie peut-on formuler aujourd’hui ? La philanthropie peut-elle progresser et limiter ses effets néfastes au contact de ces voix critiques ?

Avec :

  • Alexandre Lambelet, Professeur à la Haute école de travail social de Lausanne, auteur de l’ouvrage « La Philanthropie » (Presses de Sciences Po, 2014)

Podcast :