Lunch & Learn 2014

Vendredi 19 décembre 2014

Grandes fortunes et philanthropie en Europe du Nord 

En quoi les comportements et les motivations des philanthropes diffèrent-ils d’un pays ou d’une zone culturelle à l’autre ? Et que savons-nous réellement de la philanthropie européenne ? Ce sont les questions qui ont guidé Marc Abélès et Jérôme Kohler dans une première enquête, parue en 2009 avec le soutien de BNP Paribas Wealth Management et portant sur quatre pays d’Europe continentale. Aujourd’hui, les mêmes auteurs publient une deuxième enquête en Europe du Nord après avoir interviewé une cinquantaine de philanthropes fortunés résidant en Belgique, au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Suisse. Plus rationnelle et pragmatique qu’en Europe du Sud, cette philanthropie n’est pourtant pas réductible à ce qui se pratique dans le monde anglo-saxon et garde une forte identité européenne. Illustrée d’exemples concrets, l’enquête « Grandes fortunes et philanthropie en Europe du Nord » complète les connaissances existantes et fait apparaître une typologie plus fine des différents profils de philanthropes.


Avec :

  • Marc Abélès, Anthropologue, Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et Directeur de recherche au CNRS. 
  • Jérôme Kohler, Directeur de L’Initiative Philanthropique, Cofondateur de la Chaire Philanthropie de l’ESSEC. 
Podcast : 


Mardi 2 septembre 2014

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur…l’engagement des collaborateurs 

L’engagement des collaborateurs d’une entreprise (corporate volunteering) est une pratique en essor depuis une vingtaine d’années. Conçu comme une déclinaison de la RSE centrée sur les salariés, il se traduit par des programmes très variés dont on espère plusieurs effets positifs : sur la réputation des entreprises, leur capacité à attirer les talents, la fierté et l’implication des salariés. Malgré l’intérêt de ces programmes tant pour les responsables de la RSE que pour les cadres du secteur associatif, l’engagement des collaborateurs demeure un sujet méconnu et peu étudié. 

En partenariat avec ADMICAL, IMS et Le RAMEAU, la chaire Philanthropie de l’ESSEC a lancé en 2014 une étude empirique sur le sujet, basée sur la participation de 17 entreprises et de 619 salariés impliqués dans 56 programmes différents. Ce séminaire sera l’occasion de présenter les principaux résultats de cette étude, qui vise à identifier les facteurs qui motivent les salariés et ce qu’ils pensent de leur entreprise et des programmes proposés. 

De plus, chaque partenaire de l’étude interviendra pour présenter son expertise en matière d’engagement des collaborateurs, à partir de témoignages et de travaux en cours. Nous aurons ainsi un panorama très complet de l’état des connaissances sur ce sujet passionnant.

Avec :
  • Susan Van Schie, Research Fellow at the ESSEC chair in Philanthropy
Podcast :


Jeudi 10 juillet 2014

Reforming education: what can philanthropy achieve ?

In many Western and emerging countries alike, reforming public education has become a national priority. While governments struggle to alleviate complex and urgent issues such as illiteracy, dropouts, and integration of migrants, private actors play an increasing role in education reform. Joining traditional non-profit organizations are a growing number of powerful, innovation-driven philanthropic foundations with great ambitions to change the system. There are many levels where philanthropic money is targeted for education, ranging from preschool to university, and very different “theories of change” are advocated. However, the scale of the problems is huge and governments hold a legitimate mandate from their citizens to provide universal access to quality education. Thus, even the wealthiest foundations must carefully define their strategies in order to have any meaningful impact. Besides, the intrusion of private money in education is still regarded with suspicion by many, especially in Europe. Where can philanthropy play a decisive role alongside governments in reforming education systems? What strategies should philanthropic actors pursue to become legitimate and effective stakeholders in this field?


Avec :
  • Ekkehard Thümler, Project Director, Centre for Social Investment at Heidelberg University, Co-author of Philanthropy and Education : Strategies for Impact (Palgrave Macmillan).
  • Laurence Piccinin, Déléguée générale de l’Alliance des mécènes
Podcast :
Jeudi 20 mars 2014 

Family philanthropy today: A UK-France comparison

At first glance, British and French philanthropies do not belong to the same category. In the UK, there are roughly 10,000 private grantmaking foundations and the 100 largest family foundations spend about €1.5 billion annually, with more than €35 billion in collective assets. In France, numbers are more modest: there are about 3,500 foundations and probably no more than 300 active family foundations. However, family philanthropy is clearly on the rise in France after decades of discretion and suspicion. More and more families set up their own foundation and are ready to talk about their giving. Fiscal incentives and legal structures are now on par with “best in class” countries. Though at different scales, similar challenges await family philanthropy on both sides of the Channel: stronger involvement with grantees, more collaboration and learning amongst foundations, struggles to evaluate impact, and increased pressure from governments and fundraisers alike. What can we learn from each country’s situation? What are the key idiosyncrasies and differences remaining?


Avec :
  • Charles Keidan, Visiting Scholar, Center on Philanthropy and Civil Society (Stanford University), Philanthropy Practice Fellow, Centre for Giving and Philanthropy (City University London).
Podcast :